Tutoriel : coudre une brassière sport


J’ai cousu plusieurs brassières pour ma fille, sur un modèle Jalie en jersey, que j’ai déjà utilisé. Pour les activités sportives, la demoiselle souhaitais être bien maintenue pour ne pas sentir de mouvement importun. J’ai donc doublé ce modèle avec du powernet (la matière des dos de soutien-gorge). Et j’ai fait un pas à pas en image.

Les pièces

Le patron comprend 4 pièces :

  • le devant => coupé en 3 épaisseurs :
    • extérieur décoré (jersey gris à pois),
    • intérieur blanc pour la douceur sur la poitrine (recyclage d’un vieux tee-shirt),
    • entre les deux une triplure en powernet blanc de type médium pour assurer le soutien.
  • le dos => coupé en 2 épaisseurs :
    • extérieur décoré (jersey gris à pois),
    • powernet blanc de type médium pour assurer le soutien (ce matériau fera donc le tour complet du torse). Le dos étant moins sensible, je n’ai pas mis de jersey intérieur
  • la bretelle devant : 2 pièces symétriques en jersey gris à pois
  • la bretelle dos : 1 pièce coupée sur le pli en jersey gris à pois

Ce jersey est plutôt mou. Mais les bretelles seront renforcées par les élastiques, je ne les ai donc pas doublées. Le résultat :

Préparer le devant et le dos

Préparer le devant

L’assemblage du devant est un sandwich avec les 3 épaisseurs entre lesquelles sont prises les bretelles :

Dans l’ordre depuis dessous :

  • le powernet
  • le jersey intérieur (blanc), endroit vers le haut
  • les bretelles devant, endroit vers le haut
  • le jersey extérieur (gris), envers vers le haut

J’aligne bien les marges de coutures et je les fixe avec des pinces pour que ça ne bouge pas (en plus les pinces m’aident à repérer les côtés à coudre par rapport à ceux qui restent ouverts pour l’instant) :

Préparer le dos

Pareil pour le dos, mais avec moins d’épaisseurs. Les bretelles sont prises entre le powernet et le jersey extérieur. Le montage est fait pour que les bretelles et le jersey extérieur soient endroit contre endroit :

Coudre les pièces de la brassière

Ces coutures sont faites à la surjeteuse. Il est également possible de les faire à la machine classique au point droit (dans ce cas, j’étire un peu le tissu pour que le point ait un chouia d’extensibilité) ou au point zig-zag étroit (je n’aime pas cette solution).

Pour ma part, je prépare autant de pièces que possible puis je les enchaine à la surjeteuse. Pour deux brassières et deux culottes, ça fait une longue chaine :

Après avoir recoupé les chainettes, j’obtiens un devant comme ceci :

Et si je le mets en place :

La couture des bretelles est prise entre les épaisseurs, il n’y a pas de couture apparente, rien qui gratte à l’intérieur.

Assembler le devant et le dos

Je vais à nouveau préparer un sandwich pour avoir des marges de couture qui finiront entre les épaisseurs, et ne seront donc pas visibles. Pour cela, je place les pièces du devant sous le dos en jersey, en plaçant le jersey gris du devant et du dos endroit contre endroit :

Le morceau blanc en haut de l’image, c’est le powernet du dos, que je vais replier sous l’ensemble pour avoir les pièces du devant prises en sandwich entre les deux épaisseurs du dos :

Les pinces sont placées sur les deux coutures de côté que je vais coudre. De l’autre côté, ça donne ceci :

Je couds sur les deux côtés, à la surjeteuse ou au point droit de la machine à coudre (ces coutures ne seront quasiment pas soumises à étirement). Puis je remets tout l’ensemble à l’endroit, ça commence à ressembler à quelque chose :

Il reste à coudre ensemble les bretelles devant et dos. Dans ce montage, ce seront les seules coutures apparentes :

Un fois finie d’assembler, avant pose des élastiques, voici à quoi ressemblent la brassière et le shorty assorti :

Pose de l’élastique lingerie

Le bas de la brassière est habillé d’un élastique de type lingerie. Il a une face veloutée et un côté décoré de picots. J’ai choisi un modèle de 12 mm de large. La pose est celle d’un élastique lingerie en deux passages.

Pour le premier passage, l’élastique est posé sur l’extérieur du tissu et cousu à toutes les épaisseurs. L’élastique a sa face velouté vers le haut. La couture est au point zig zag (3mm large, 3mm long), en piquant près des picots qui sont du côté opposé au bord du tissu. Le bord de l’élastique est aligné avec celui du tissu :

Cette couture est faite sur tout le tour de la brassière. Puis sur l’envers, je dégarnis le tissu pour faciliter le retournement de l’élastique :

Cela revient à couper le surplus de marge sur le tissu sans toucher à l’élastique. Le ciseau dit à appliqué, qui a un bec de toucan, est très efficace pour cette opération.

Enfin, l’élastique est retourné sous le tissu (à l’intérieur de la brassière) puis je fais un second passage de couture depuis l’extérieur du tissu. Cette couture est faite au zig-zag trois points (longueur 6mm, largeur 5mm) :

Voici le résultat terminé, on voit le bord en picot qui dépasse du tissu sur l’avant et derrière, la face intérieur de l’élastique sur le dos de la brassière :

Il est possible d’opter pour la même technique pour le col et les emmanchures, de préférence avec un élastique lingerie plus fin (5 à 8 mm de large). Une autre option est de faire un ourlet simple, cousu à l’aiguille double ou à la recouvreuse.

Je n’ai pas retenu cette dernière option car mon jersey était très mou et avait donc besoin d’élastiques pour rester en place. En outre, j’avais un bel élastique à replier blanc brillant pour faire une jolie bordure assortie aux pois. D’où une autre technique de pose.

Pose de biais élastique à cheval

Pour le col et les emmanchures, j’ai retenu de poser un biais élastique (fold-over en anglais). Il s’agit d’un élastique plat avec une rainure centrale qui permet facilement de le plier en deux. Il se pose également en deux passages, mais ils sont différents de l’élastique lingerie.

Pour le premier passage, je couds l’élastique sous le tissu. La face intérieure de l’élastique est contre l’envers du tissu. La couture est au point zig-zag, longueur 2,5 mm, largeur 2,5 mm. Le bord du tissu est aligné sur le milieu de l’élastique :

(je ne mets pas mes doigts comme ça pour guide le tissu lors de la couture, c’était juste pour le placer pour la photo).

Comme l’élastique va chevaucher le bord du tissu, si celui-ci est bien positionné lors de la couture, il n’y a pas grand chose à dégarnir. Je fais quand même le tour pour recouper ce qui dépasse du milieu de l’élastique, notamment sur les coutures :

Enfin, je replis l’élastique sur lui-même et je fais un deuxième passage de couture (même point zig-zag), sur l’extérieur du tissu :

Je replie l’élastique au fur et à mesure qu’il arrive sous le pied presseur de la machine et je couds près du bord pour le tenir en place.

Une fois fini, ça donne ceci :

Ultimes finitions

Arrivé là, la brassière est fini mais les élastiques peuvent être un peu torturés par les passages en couture :

Un petit coup de vapeur va les aider à reprendre forme (attention, faire un essai au préalable pour s’éviter de mauvaise surprise, certains élastiques ne supportent pas le contact de la semelle du fer). Et voilà le résultat, prêt à être porté :

Une prochaine fois, je fais le pas-à-pas du boxer assorti 🙂

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *