Trois Shelley


Il y a quelques mois, alors que j’étais en plein marasme bloguien, j’ai pris mon courage en main pour me remettre à la couture de dessous. Je suis repartie d’un modèle que je connais et que j’apprécie : le Shelley de Pin Up. Modèle couvrant, à bande large, avec un bonnet en quatre parties dont une bande verticale à l’extérieure qui maintient bien le sein.

Les années passant, ma morphologie évolue un peu (et pas parce que j’ai fait un régime, plutôt l’inverse). La gravité fait son effet, et les matières grasses se stockent généreusement sur ma poitrine : le besoin de soutien est plus important que jamais et mes précédents soutien-gorges devenaient trop petits. J’ai donc décalqué un nouveau patron une taille en dessus, et appliqué les adaptations habituelles pour moi (pont plus étroit en haut, plus large en bas notamment).

Je voulais plusieurs soutien-gorges pour regarnir mon tiroir de pièces à ma taille. Nous étions alors au printemps, j’ai privilégié des couleurs claires pour passer sous des tissus un peu légers. Histoire de m’amuser, j’ai choisi 3 sortes de tissus différents et posé des dentelles pour créer des modèles complètement distincts.

Shelley à dentelle contrastée

Le premier est en satin polyester. Une matière peu onéreuse qui donne un très bon rendu pour les soutien-gorge : fin, glissant, brillant. J’ai choisi un satin avec un peu d’épaisseur, car des expériences précédentes m’ont montré que trop fin, les coutures lâchent en un jour ou deux car le tissu d’effiloche sur les points de tension.

Shelley satin à dentelle contrastée sur le pont et le dos

La dentelle est contrastante, bleue et rose vif. Je l’ai posée sur les bandes dos, avec un rappel sur le pont, juste entre les seins. Les élastiques et l’attable dorsale sont rose vif, histoire de reprendre la couleur de la dentelle. Les surpiqures sont bleues sur le bonnet, roses pour les élastiques.

Dentelle sur le pont du soutien-gorge
Dentelle sur le dos du soutien-gorge

Le résultat est un mélange de discrétion du beige (ça passe sous un chemisier clair) et de fantaisie pétillante.

Pour avoir un résultat plus durable avec ce tissu fragile, j’ai choisi d’encapsuler les surplus de couture :

Surplus de couture encapsulés

Shelley à dentelle papillon

Deuxième modèle, en satin de coton (avec un peu d’élasthanne). Un de mes tissus préférés pour les soutien-gorge et les culottes hautes. Entièrement blanc, rehaussé d’une dentelle posée « en papillon ». C’est une technique apprise dans les cours de Mme Berverly Johnson, très simple à mettre en œuvre et avec un effet whaou au résultat.

Shelley à dentelle papillon

Par rapport au précédent, j’ai fait une retouche au patron. Mes seins n’arrivaient pas tout à fait en bas du bonnet, il y avait une zone d’environ 1 cm entre le sein et l’armature, on voit des bulles sur la photo de gauche.

Il semblerait que j’ai le dessous de sein un peu plat. J’ai donc redessiné la courbe de l’armature et du bonnet, c’est mieux à droite :

Sein plat : il n'atteint pas l'armature
Après correction du patron

En gros plan sur le papillon, de couleur légère pour un soutien-gorge invisible sous tissu clair :

Papillon en dentelle

Le satin de coton n’appelle pas de difficulté particulière sur les surplus de couture. Mais j’ai fait les choses au top à l’intérieur, j’ai doublé les bonnets d’un voile coton et soie. Le confort est encore meilleure, de même que la durabilité des coutures :

Soutien-gorge doublé

Enfin, les bretelles sur les trois modèles sont rembourrées (avec une bande de mousse à bonnet). Pour atténuer l’effet large et épais, j’ai décoré celles-ci d’une bande de dentelle et j’ai ajouté un élastique dentelle purement décoratif :

Bretelle rembourrée et ornée de dentelle


Shelley discret

Mon troisième Shelley a été le plus discret, et surtout hyper classique :

  • Couleurs ivoires assorties, pour être aussi invisible que possible sur la peau.
  • Le tissu est du duoplex ivoire, le tissu préconisé par la créatrice. Un tissu artificiel, mais parfaitement adapté à cette pièce qui reçoit beaucoup de tensions car sa durabilité est sans égale. Je porte encore le soutien-gorge en duoplex que j’ai cousu il y a plus de 4 ans, il ne s’est ni abîmé ni déformé malgré un usage régulier (enfin si : la dentelle a un peu perdu sa blancheur, elle a dû rencontrer un tissu qui déteignait à la lessive).
  • La dentelle est posée sur la partie haute du bonnet, c’est une pièce entière du bonnet qui est ici faite en dentelle (doublé d’un morceau de tissu pour une meilleure résistance aux coutures).
Shelley dentelle ivoire

Sur celui-ci, le point technique a été de gérer l’effet miroir pour avoir la symétrie de la dentelle sur les bonnets :

Dentelle posée en miroir sur les bonnets

Pas de travail particulier sur les surplus de coutures : je les laissés à cru. L’expérience m’a montré que le duoplex ne bouge pas dans le temps.

Encore et toujours, la bretelle est doublé pour le confort. Et ornée de dentelle pour la beauté :

Bretelle en dentelle

Voilà, pour ce post de décembre 2020 qui fait le bilan de ma couture de soutien-gorge de l’année 🙂

Bonnes fêtes à tous et à toutes, avec de joyeuses coutures à mettre sous le sapin !

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *