Défi 2018 : mai – pour la beauté des formes


Mon défi 2018 personnel, un thème par mois, portait pour mai sur la beauté des formes, soit une pièce gainante en tissu technique.

Heureusement pour mon plaisir et mon bien-être, je couds plus que je ne bloggue ! D’ailleurs, bloquer étant aussi pour le plaisir, j’ai décidé de ne pas me mettre la pression. Quoique je vais faire un effort pour rattraper mon retard et parler un peu de ce que j’ai fait ces derniers mois.

Pour cette pièce, j’ai suivi le cours crafsty « Smoot Silhouette » de Beverly Johnson. Cours fourni avec un patron de combinaison, celui présenté sur le visuel du cours.

Je ferai (peut-être, si j’ai l’inspiration) un article plus détaillé sur ce cours une autre fois. Comme d’habitude, la prof est facile à suivre, elle accompagne pas à pas la réalisation de la combinaison.

C’est une pièce moulante, avec de l’aisance négative, de façon à offrir une certaine compression pour lisser la silhouette.

 

Pour ce premier essai, j’ai choisi de faire le modèle intégral, mais le patron peut facilement être adapté pour ne faire qu’un haut ou un bas.

Je l’ai réalisé entièrement en powernet, sauf la partie poitrine qui est une jolie dentelle pour un décolleté plus réussi. J’ai aussi un peu creusé les pinces de la partie poitrine, histoire d’être sûre de loger confortablement ce que j’ai à y mettre.

Pour plus de discrétion, j’ai choisi un powernet couleur chair. Un peu plus doré que ma carnation naturelle, mais qui reste discret. Par pudeur, j’ai fait les photos avec un soutien-gorge dessous et un boxer (tous deux blancs et en dentelle).

        

Par choix pour cette première, j’ai choisi un powernet très léger, donc qui offre peu de compression. Mais qui donne un adoucissement aux lignes de la silhouette sans forcer. Très agréable à porter sous une robe.

J’ai fait quelques ajustements sur le patron pour suivre mes courbes, mais il y a encore quelques reprises à faire :

– il faut que je creuse plus la couture centre dos pour qu’elle suivre ma cambrure, vraiment bien prononcé

– il y a un bâillement sous l’aisselle qui se voit à droite sur cette photo. Ca ne change rien quand le la porte (je ne m’en été pas rendue compte hors photo), mais pour la qualité jusqu’au-bout, il faut aussi que je reprenne cette ligne.

Il vaut mieux que ce soit bien ajusté pour tirer là ou il faut de façon régulière quand je ferai le numéro 2 en powernet plus résistant.

 

Et pour la question pratique « et pour aller aux toilette » ? Ben il y a un truc, en fait. Ce modèle peut être cousu avec un gousset ouvert. Il y a un trou juste là où il faut. C’est pour ça que je porte la culotte (ou le boxer) par-dessus  🙂

Autant dire qu’il est déconcertant de garder la combinaison y compris dans ce moment-là. Mais ça marche impec’ : pas besoin de se déshabiller. La combinaison fait une « deuxième peau » très efficace.

Pourquoi pas un bouton-pression, me direz-vous ? Hum… Pas sûre qu’il résiste à la pression sur le powernet (aisance négative de -20 %, quand même !). Et ça ferait une sur-épaisseur qui ne correspond pas à la notion de gaine invisible.

Enfin, c’est sur les jambes que je trouve le principe le plus intéressant. Pas pour gommer la culotte de cheval (encore que)… Mais entre les cuisses : malgré un temps de canicule, le powernet assure que le peau ne frotte pas, donc pas d’irritation malvenue sous la robe. Et il a un léger effet de régulation : pas non plus de transpiration désagréable à cet endroit-là.

 

Bon, je n’ai pas mon article le plus glamour, je reconnais. Mais il y a des aspects techniques aux sous-vêtements qui méritent aussi d’être connus. Prochain essai : je ferai uniquement un bermuda, car décidément pour porter des robes en été c’est une amélioration du confort +10 points !

Et se sentir bien, ça améliore aussi la confiance en soi !

 

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Ton article est très intéressant. J’avais vu le cours de Beverly Johnson sur Craftsy mais je n’avais pas compris qu’il s’agissait d’une gaine. Je m’étais dit que les canadien devaient avoir bien froid en hiver pour se coudre ce genre de truc (MDR !!!). Ta combinaison est très réussie.

    • Merci ! Effectivement, on pourrait imaginer une version en jersey chaud pour l’hiver. Mais c’est avant tout un modèle prévu pour être gainant ! 🙂